Mon top 10 des astuces SEO avant de lancer un site

Le guide de la Migration SEO

On le répétera jamais assez, en réferencement naturel, vaut mieux prévenir que guérir. Lorsqu’on lance un nouveau site, il y a des choix qui sont déterminants pour votre future visibilité dans les moteurs de recherche. Il y a aussi des erreurs à ne pas commettre afin de ne pas se faire pénaliser par Google peu de temps après avoir lancé le site.
Mais surtout, il y a des erreurs qui sont plus difficiles (pas impossible)à corriger  après lancement du site web et si on peut éviter que google n’indexe dès le départ des pages dupliquées ou des pages inutiles, c’est toujours du temps et des efforts de gagnés.

Je vous propose mon top 10 des meilleures astuces SEO au lancement d’un site sur le web, que j’ai testé sur les sites de mes clients et dont j’ai pu vérifier l’efficacité.
D’ailleurs, ces optimisations je les met en place aussi sur des sites existants dans le cadre de migrations ou de refonte de site. Elles sont donc applicables pour n’importe quel site, mais elles ont la particularité d’appartenir à la catégorie:

Mais pourquoi ça n'a pas été fait dés le départ, ça aurait été tellement plus simple Cliquez pour Tweet
.

1/ Bien choisir l’arborescence du site

Il est important de bien cibler les principaux univers, catégories et sous-catégories qui vont définir la structure principale du site. Il ne faudrait pas dépasser 3 niveaux logiquement pour plusieurs raisons:
SEO technique: pour avoir des niveau de profondeurs pas trop élevées, faciliter l’exploration des pages par google, optimiser la distribution du pagerank interne. La profondeur est le nombre de clics nécessaire pour atteindre une page depuis la page d’accueil. Pour résumer, plus cette profondeur est faible et plus vos pages seront visibles sur google (meilleur taux de crawl, meilleur taux de pages actives)

SEO sémantique: le choix des univers, catégories et sous-catégories est stratégique pour un bon positionnement sur des expressions top et moyenne traîne, c’est à dire les expressions génériques et concurrentielles les plus génératrices de trafic.
La longue traîne étant plutôt dédiée aux pages plus profondes comme des fiches produits ou des articles par exemple. Une bonne analyse sémantique serait nécessaire pour faire un choix optimal tenant compte des contraintes techniques et sémantiques.
Par expérience,  une fois une arborescence déjà construite sur un site, il est souvent plus coûteux de faire ces modifications après, car les bases de données sont déjà construites en fonction, le crm également, etc.. sans parler des redirections que ça implique. Le lancement d’un site ou même une migration de site est une bonne occasion pour partir sur une arborescence optimale.

Expérience utilisateur: pour l’utilisateur, au delà de 3 niveaux ça devient compliqué pour une navigation agréable. Je vois conseille de lire mon article sur l’impact de l’expérience utilisateur en SEO et notamment la règle des 3 clics.

A ne pas faire: Evitez de vous retrouver avec des catégories ou sous catégories trop déséquilibrées, soit avec trop d’articles, soit pas assez. Un des problèmes est de se retrouver avec trop de paginations (augmentation des profondeurs, les paginations sont peu efficaces, ratio crawl/visites faible, perte de crawl, pages peu qualitatives, …), ou se retrouver avec des pages avec peu ou pas d’articles (pages peu qualitatives également, voire pénalisantes car peu de contenu et donc potentiellement dupliquées)

2/ Ne pas indexer les paginations

Les paginations (ex:page=2) n’ont pas vocation à se positionner sur google. Lorsqu’on fait une recherche, on n’a pas envi d’avoir des paginations qui apparaissent dans les résultats et Google l’a bien compris.
D’ailleurs, il a mis en place des attributs comme le rel=prev et rel=next afin de lui faire bien comprendre qu’il s’agit de paginations et qu’il privilégie la première page pour l’indexation.
Cependant, je peut vous dire que ça marche plus ou moins, en tout cas, ça n’empêche pas google d’indexer les paginations et donc de polluer l’index avec des pages peu qualitatives et sans réel objectif SEO.
Je vous recommande de désindexer les paginations en ajoutant le code suivant sur celles-ci (attention pas sur d’autres pages):
<meta name= »robots » content= »noindex,follow » />
Le « follow » va justement servir à dire à google de bien suivre les liens des paginations malgré le fait qu’il doive les désindexer. Les paginations restent utiles lorsqu’on a pas le choix et même si elles sont peu efficaces, pour permettre l’exploration des articles.
Mais ce sont des pages peu qualitatives, qui n’ont pas de réel objectif de positionnement dans l’index de google car elles cannibalisent la première page d’où le « noindex ».

Pourquoi c’est plus compliqué de le faire après ?

Et bien, après le lancement du nouveau site, lorsque google s’est amusé à indexer 10 000 paginations et qu’il faut les désindexer, c’est pas en un coup de baguette magique que ça va se faire, il faut attendre que google repassent dessus et ça peut prendre plusieurs mois.
Il y a bien des techniques pour accélérer le processus avec des scrapes de l’index et la création de sitemap xml mais bon, là aussi ça demande du temps (impossible de scraper l’index google directement, seulement par des moyens détournés) et du travail.
Ce problème de paginations ne concerne que les pages de listing, pas des séries d’articles ou des dossiers avec plusieurs articles par exemple.

3/ Augmenter le nombre d’articles sur les pages de listes

Toujours sur les paginations, un bon moyen d’en avoir moins, c’est simplement d’augmenter le nombre de produits ou d’articles affichés par page. Si vous avez 100 produits dans une catégorie et si vous affichez seulement 10 produits par page, vous aurez 10 paginations. Alors que si vous affichez 50 articles par page, vous aurez 2 paginations, diminuant par la même les niveaux de profondeurs.
Après, le bon nombre de produits à afficher dépend du site, de son volume de pages et il faut trouver un juste milieu qui ne vienne pas non plus trop alourdir les temps de chargement. Le mieux, vous l’aurez compris, et je vais fermer le cas des paginations (même si il y aurait d’autres choses à dire), c’est d’éviter au maximum d’y avoir recours et ça commence par avoir une bonne catégorisation de son site, conformément au premier point.

4/ Attention aux tris et filtres

Les  pages de filtres ou tri éventuelles (ex: tri par prix) peuvent induire des problèmes de duplications totales ou partielles et comme pour les paginations, en général elles n’ont pas d’objectif de positionnement. Je dis en général, car dans certains cas, on peut leur trouver une utilité SEO mais dans ce cas, on choisira d’ouvrir uniquement certaines pages de filtres ou de tris.
Il faut donc les mettre en noindex également. Il faudrait aussi éviter que google ne les crawle, et même, qu’il ne les voient pas du tout afin d’éviter des pertes de pagerank interne. Pour ce dernier point, cela nécessite des techniques plus avancées qui seraient plus longues à expliquer sur cet article.

5/ Une URL = Une Page

Ben oui, ça parait idiot dit comme ça mais il faut bien prendre conscience que chaque url différente représente une page différente pour google. C’est d’autant plus à considérer si ces pages ont un contenu de faible qualité et/ou qui dupliquent (même partiellement) d’autres pages.
Par exemple, si on change l’ordre des paramètres dans une URL et qu’on garde les mêmes, on aura l’impression d’avoir la même page, mais en réalité ce sont bien deux pages différentes et en plus, dupliquées. je vois encore trop de développeurs qui construisent des urls comme bon leur semble sans se poser ce type de questions.
Toutes les pages sur un site n’ont pas forcément d’utilité en référencement. Des pages membres par exemple n’ont aucun intérêt en référencement naturel, il faut les mettre en noindex, bloquer leur crawl et les obfusquer.

6/ Chaque page a un titre unique

C’est une astuce plus classique qui fait partie des bases SEO, mais c’est toujours bien de le répéter. Chaque page stratégique pour le SEO doit avoir un titre (title et H1) unique, optimisé et cohérent avec le contenu de la page.
Lorsque je dis cohérent, ça signifie que les mots clés présents dans le titre doivent se retrouver au moins une fois dans le contenu de la page.  Je vois assez souvent que ce n’est pas toujours le cas pour le signaler. Du coup, c’est une astuce SEO pas si classique que ça car c’est rarement respecté au final.
On peut toujours le faire après, c’est d’ailleurs assez simple à modifier en général mais vu que c’est un critère important dans l’algorithme de google, il a tendance à se méfier lorsque trop de modifications sont faites sur les titres et une dévalorisation du poids du titre, même temporaire, est possible surtout en cas de grosses modifications. C’est donc mieux d’avoir des titres optimisés dès le lancement du site.

7/ Attention aux tags

Attention au système de tags, surtout si ils sont laissé au libre choix des rédacteurs(trices). Ils peuvent induire des problèmes de duplications comme des tags avec des fautes d’orthographes, qui ont le même sujet qu’une catégorie existante, des tags avec un seul article, des tags inutiles avec des sémantiques très peu ou pas recherchées.
Toutefois, ils peuvent être utiles pour élargir le champ sémantique au delà de ce qui est déjà traiter par les 3 niveaux de catégorisation sémantique et pour un positionnement plus longue traîne. Mais cela nécessite d’avoir un choix fermé de tags, préalablement sélectionnés via une analyse sémantique spécifique.
Donc ici, l’astuce c’est de bien définir sa liste de tags au préalable et de ne pas laisser libre cours à l’imagination des rédacteurs(trices)

8/ Votre moteur de recherche interne est votre ami

le moteur de recherche interne du site, souvent utilisé par les internautes en général, devrait être auto suggéré avec un système d’auto-complétion et renvoyés directement vers des pages appartenant à la structure du site et non pas vers des pages de recherche (de type search= par exemple). Il devrait renvoyer en priorité vers des catégories, sous catégories, et au fur à mesure que la recherche de l’internaute s’affine, vers des tags puis des articles et seulement vers des vrais pages de recherche en dernier lieu.
L’objectif est d’améliorer les critères d’usage, critères utilisés dans les algorithmes de google et d’éviter de se retrouver avec des pages de recherches indexées et inutiles. Pour en savoir plus, je vous conseille cet article sur le comportement utilisateur et de son utilisation dans les algorithmes de google.
L’analyse des recherches du moteur de recherche interne est riche d’informations car il permet de comprendre ce que recherche les visiteurs sur votre site. C’est utile par exemple pour créer de nouveaux articles, ou de nouveaux tags. Pour cela, vous pouvez activer « site search » sur google analytics par exemple. C’est mieux de le faire dès le départ car il faut souvent plusieurs mois pour récupérer suffisamment de données exploitables.

9/ Soignez votre maillage interne

La distribution des liens sur le site est essentiel en SEO: navigations transversale, descendante, remontante et de nombreuses optimisations sont possibles. Difficile d’en dire plus, sans plus d’infos sur la structure du site mais le fil d’ariane (ou chemin de fer ou breadcrumb en anglais) par exemple est un élément d’optimisation de navigation remontante par exemple et qu’il faut bien-sûr intégrer dès le lancement d’un site ou n’importe quand d’ailleurs.
Après, il y a fil d’ariane et fil d’ariane, un bon fil d’ariane ne sera pas trop générique mais le plus précis possible en proposant chaque étape de navigation pour remonter dans l’arborescence et vers des pages stratégiques.
Après qu’un site ait été lancé sur la toile, il continue de vivre, le nombre de pages évolue, de nouvelles fonctionnalités apparaissent,…cette optimisation du maillage interne est à construire en continu. De plus, après quelques semaines ou mois, Google a eu le temps d’explorer le site en entier (ou presque) et en analysant le comportement de google sur le site via une analyse de logs, il est plus facile de comprendre la perception du site aux yeux de google et ainsi d’affiner les optimisations sur le maillage notamment. Je vous conseille cet article pour mieux comprendre les aspects techniques en SEO

10/ Eviter de répéter les mêmes blocs de contenu

Evitez d’avoir trop de blocs de contenu identiques sur l’ensemble des pages, cela diminue le taux d’unicité des pages et donc leur pertinence pour le moteur de recherche. Il faut essayer de contextualiser au maximum le contenu de ces blocs (colonne de droite et/ou gauche par exemple) en fonction du contenu de la page. Et dans la mesure du possible, si vous pouvez éviter de trop en avoir non plus afin de ne pas noyer le contenu principal de la page, c’est encore mieux.
Pour les mêmes raisons, évitez d’avoir un méga footer ou même un méga menu

Conslusion

Bien sur, il y aurait beaucoup d’autres choses à dire, surtout si j’en sais un peu plus sur le futur site, voire une éventuelle préprod. Ce n’est pas pour rien que mes audits SEO dépassent souvent les 100 slides avec plus d’une cinquantaine de recommandations opérationnelles.
J’espère que vous avez appris des choses avec ces astuces SEO et que vous en tiendrez compte lorsque vous lancerez un nouveau site ou si vous le migrez.

< Comment migrer en HTTPS sans perdre son SEO ?

    A propos de Serge Esteves

    Consultant SEO / Webmarketing : Techniques avancées en référencement combinées aux leviers du marketing entrant (SMO, content marketing, UX, ereputation, ..).
    Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?