Comment se préparer à l’index Google Mobile First ?

Depuis que Google a constaté qu’il y avait désormais plus de requêtes sur mobile que sur ordinateur dans le monde, il n’a cessé de privilégier le format mobile dans l’évolution de ses algorithmes et des fonctionnalités de son moteur de recherche. Si vous suivez ma veille SEO mensuelle, vous constaterez facilement que les principales nouveautés et mises à jour concernent souvent le mobile ces derniers mois.

L’index mobile First est déjà en cours de déploiement, c’est une étape majeure qui va changer profondément la manière dont sont classés les résultats du moteur de recherche. Qu’un site site soit responsive ou propose un site mobile séparé, il y aura des changements à faire pour qu’il préserve son classement. Dans tous les cas, si le SEO est une préoccupation, il faut s’y préparer d’autant plus dans le cas d’une version mobile différente que sur ordinateur.

Lancement du mobile first

L’index mobile First, initialement prévue pour 2018 est finalement sorti plus tôt que prévu comme l’a confirmé Gary Illyes lors du dernier SMX le 25 octobre 2017. John Muller, de Google également, l’avait d’ailleurs précédé en avouant dans une vidéo que la mise à jour mobile first était déja déployé sur quelques sites, mais pas sur un lot officiel.

Gary Illyes a aussi apporté des infos supplémentaires en disant dans un tweet, que la mise à jour agit au niveau domaine et pas page à page, ce qui signifie que l’intégralité d’un site doit être compatible mobile pour basculer.

Etant donné le caractère majeur de cette évolution, le déploiement devrait se faire lentement, étalé sur plusieurs mois, ce qui devrait laisser le temps aux sites concernés de faire la transition  mais il est plus que jamais temps de s’y mettre.

Pourquoi le Mobile First Index ?

C’est évidemment un changement majeur et Google prendra le temps de faire des tests et de vérifier que les résultats soient pertinents quelque soit le support. Ça devient d’ailleurs une habitude chez Google de faire des mises à jour étalées dans le temps et avec moins d’impacts visibles à court terme.

Jusqu’à maintenant Google considérait principalement la version ordinateur d’un site dans le classement des résultats sur mobile, ce qui ne donne pas toujours des résultats très cohérents comme l’a avoué Google lors de la première annonce du Mobile First. En fait, il se contentait de réordonner et filtrer plus ou moins les pages de résultats mobile: localisation, recherche universelle, site labelisé mobile friendly, fraicheur des contenus, etc.. mais sans aller bien plus loin que ça.

Avec le Mobile First Index, c’est une petite révolution qui se prépare car ce sera la version mobile qui sera considérée en priorité sur la version ordinateur. Bien sûr, l’objectif est d’avoir des résultats pertinents sur ordinateur également. Au delà du mobile, l’idée est de ne plus rendre dépendant l’index de Google à un quelconque support et d’avoir une approche cross device. Un index qui recense le contenu web quelque soit le support, le contenu des applications, les actions pour Google assistant, …

Mais Google ne peut se permettre de maintenir plusieurs index, avec l’évolution des usages mobiles et la multitude des supports, ce sera bien la version mobile d’un site qui sera analysée en priorité par les algorithmes de Google. A terme, l’objectif de Google est certainement de se passer de plus en plus de l’url en hébergeant les contenus  dans son propre cloud. On voit cette tendance avec le format AMP, les contenus AMP étant hébergés chez Google. Google encourage aussi vivement les développeurs Android à héberger leur application sur Google cloud platform et sur firebase

Ce qui change et quels sont les sites à risque ?

Ce qui change c’est que vous ne pouvez plus vous permettre d’afficher moins de contenu sur mobile que sur ordinateur, vu que c’est le contenu mobile qui sera utilisé dans les critères de classement. John Muller de Google l’a d’ailleurs dit lors d’un tweet:

Tout les sites sont visés et on verra un peu plus loin une checklist des points à vérifier pour bien se préparer à cette mise jour. Il y a 3 solutions principales pour un site mobile:

  • Un site en responsive-design: un seul site un un contenu unique qui s’adapte au support. C’est ce que recommande Google déjà depuis plusieurs années
  • le dynamic serving: Un contenu, potentiellement différent, mais toujours sur une seule URL grâce à la détection au niveau serveur de la manière dont le visiteur arrive sur le site
  • Un site mobile dédié: 2 sites séparés, un pour mobile et l’autre pour ordinateur avec urls différentes et contenus potentiellement différents (c’est souvent le cas sinon quel intérêt ?).

On pourrait aussi ajouter le progressive web apps (PWA) mais ça reste un site responsive auquel on a greffé les les codes, le design et les fonctionnalités d’une application mobile (pages hors connexion, notifications push, icone sur l’écran d’accueil mobile,…). Pour ceux qui pensent à créer une application mobile, pensez au PWA, une solution très avantageuse financièrement à terme car plus besoin de maintenir une appli et un site mobile à part.

Les sites qui seront particulièrement touchés sont naturellement les sites avec une version mobile dont le contenu est différent que sur ordinateur, site séparé ou en dynamic serving. Je ne veux pas être volontairement alarmiste mais, dans ce cas, le risque est de voir ses positions chuter si rien n’est fait pour optimiser son site pour les mobinautes et pour Google.

Quels sont les facteurs de l’index Mobile First ?

Ce qu’on sait pour l’instant sur l’index Mobile First de Google c’est que les 3 principaux facteurs qui se distinguent de l’ancien index sont:

  • Le contenu: Un contenu qui s’affiche correctement sur mobile, à la bonne taille, adapté aux requêtes sur mobile et à l’intention de recherche.
  • L’expérience utilisateur: Si ce n’est déjà fait, le design et le parcours client doit être pensé pour mobile. Il est probable que le surplus de publicités et que des interstitiels trop intrusifs soient davantage pénalisés.
  • La vitesse: Déjà un facteur de positionnement sur ordinateur, il le sera davantage sur mobile. Voir comment améliorer la vitesse d’un site 

Rien de bien nouveau finalement sauf que ces facteurs auront un focus particulier sur mobile. Et bien sur, les critères de base comme le maillage interne, le netlinking et autres aspects techniques seront toujours importants.

Checklist mobile first index

Voici quelques points à vérifier pour savoir si votre site est mobile-friendly et si il est prêt pour cette mise à jour.

  1. Vérifier que le site est bien crawlable: Pas de noindex, rien qui bloque Googlebot d’accéder aux ressources des pages (robots.txt) : css, js, images, ..
  2. Le contenu: est ce que le site mobile affiche moins de contenu que sur ordinateur ?
  3. La recherche vocale: avec le développement de la recherche vocale sur mobile et des assistants vocaux: siri, amazon echo, google home, votre site doit répondre aux questions posées dans les recherches vocales. Et en plus, cela permettra à votre site d’apparaître dans les positions 0 (featured snippets), les réponses rapides affichées parfois en premier sur Google.
  4. Les données structurées: Est ce que votre site mobile affiche bien les données structurées schema.org ? Google s’appuie de plus en plus sur ces informations et les données enrichies permettent aux résultats mobiles de resortir davantage
  5. Title et meta description: Point qui concerne aussi les sites responsive, vu que sur mobile les titres et les meta description sont plus courts, il faut veiller à ce que les titles et meta description s’affichent correctement sur mobile et soient suffisamment engageants.
  6. Déclaration Search console: Est ce que le site mobile est bien déclaré sur search console ?
  7. Déclaration view-port et vary: Pour prouver à Google que votre site est bien mobile friendly, il faut bien indiquer sur toutes les pages mobiles l’entête vary: user-agent pour les sites en dynamic-serving et le viewport dans tous les cas:
    meta name=viewport content="width=device-width, initial-scale=1" 
  8. AMP: profitez en pour intégrer le format AMP
  9. Temps de chargement: Est ce que le site s’affiche rapidement sur mobile ? A éviter: trop de plugins, pas de cache, redirections, …
  10. Taille de la police: Est ce que le texte est lisible sur des petits formats d’écran ?
  11. Taille des boutons: est ce qu’on peut facilement cliquer (taper) sur les boutons ?
  12. Interstitiels: Pas de gros interstitiels tout moche ?
  13. Ergonomie et design: Vérifiez que l’expérience est satisfaisante sur mobile. Vous pouvez le vérifier sur Google analytics: temps passé, taux de rebond,..

Bien sur, il faudrait lancer un audit SEO complet mais avec ces quelques points, cela vous permet déjà d’identifier quelques points à optimiser et la nécéssité de lancer un vrai chantier SEO mobile.

Migration d’un site mobile dédié en responsive

Si votre site s’y prête et que vous avez beaucoup de changements à faire, le plus simple est surement de le migrer en site responsive et d’optimiser ce dernier dans la foulée. A terme, ce sera d’ailleurs plus simple à maintenir que de gérer 2 sites.

Même Google recommande de migrer les sites en m. vers un un site responsive avant la mise à jour Mobile First Index :

Actuellement, Google indexe le site ordinateur, donc si vous migrez maintenant un site mobile dédié vers un site responsive, ça se fera sans peine car Google attache peu d’importance au m. pour l’instant.

Mais si vous le faites après la mise à jour Google Index Mobile First, ce sera beaucoup plus long et compliqué car c’est comme si vous migriez vers un tout nouveau site. Vu que cette mise à jour va changer les versions d’urls canoniques (pour les sites mobiles différents), vous risquez en plus de perdre des pages indexées, surtout si la version mobile affiche moins de pages que sur ordinateur.

Quelques outils SEO mobile

Voici une petite sélection d’outils qui permettent d’analyser les pages (une à la fois) pour le mobile au niveau SEO, expérience utilisateur et rapidité des pages notamment. Ce sont des outils SEO mobile simples qui permettent rapidement d’identifier quelques points bloquants. Ceci dit, pour aller plus loin, il faudrait crawler le site en entier pour avoir une vision exhaustive et priorisée des actions à faire, ce qui aurait aussi l’avantage d’aller plus loin que l’aspect purement mobile.

  • Test my site de Google : Permet de mesurer le temps de chargement d’une url, donne une estimations des visiteurs que vous perdez à cause de la lenteur de la page et compare la page par rapport à la moyenne des concurrents du même secteur.
  • Test d’optimisation mobile: Permet simplement de tester si la page est adaptée aux mobiles et si toutes les ressources sont correctement chargées
  • Ergonomie mobile sur search console: Comme son nom l’indique, l’outil indique si l’ergonomie du site est adaptée aux mobiles et affiche quelques conseils de base.
  • Outil de test des données structurées: permet de tester et debuguer les données structurées sur une page, cela ne concerne pas uniquement le mobile, mais l’index mobile First tirera une plus grande part d’informations depuis les données structurées.
  • Crossbrowsertesting: Pour tester à quoi ressemble votre site sur différents smartphones (version d’essai gratuite)
  • Tester votre robots.txt: pour vérifier que votre fichier robots.txt ne bloque pas des ressources importantes

Voila, il reste plus qu’à vous préparer à cette prochaine grosse mise à jour mobile first qui risque bien de faire des dégâts pour ceux qui ne seront pas prêts.

< [Infographie] Guide avancé du SEO Mobile

    A propos de Serge Esteves

    Consultant SEO / Webmarketing : Techniques avancées en référencement combinées aux leviers du marketing entrant (SMO, content marketing, UX, ereputation, ..).

    Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?