optimiser son SEO pour Google Actualites

Optimiser son SEO pour Google Actualités – Le guide complet

La Recherche universelle
  • Optimiser son SEO pour Google Actualités – Le guide complet

Pour tout site éditorial, la présence sur Google actualités est un enjeu, pour certains ça peut même représenter plus de la moitié de leur trafic. Mais ce n’est pas évident pour plusieurs raisons: concurrence féroce, critères d’éligibilité peu transparents et trouver des infos claires est compliqué. A travers ce guide SEO complet, vous apprendrez à optimiser votre site sur Google News.

3 étapes pour apparaître sur Google actualités

Ça a l’air simple comme ça et ça l’est en apparence, il faut suivre ces 3 grandes étapes, sur lesquelles on reviendra plus en détails après:

  1. Faire en sorte que le site respecte les règles spécifiques à Google actualités
  2. Créer un sitemap Google news
  3. Demander à inclure son site auprès du centre Google Actualités pour les éditeurs

Là où ça bloque souvent, c’est sur l’étape n°1 et la 3 biensur si la demande de soumission sur google actualités est refusée. On va y venir dans les prochains paragraphes.

Particularités de Google news

Avant d’aller plus en détails, il faut comprendre que le classement des résultats sur Google actualités utilise des critères différents que pour les résultats classiques. La raison à cela est simple, les résultats traditionnels répondent à des requêtes froides ou tièdes alors que les résultats sur Google actualités répondent à des requêtes chaudes, des requêtes pour lesquelles l’internaute a besoin de résultats récents.

Et alors ? Et bien, vu que Google actualités doit servir des résultats récents, même très récents, publiés il y a quelques minutes parfois, l’algorithme qui détermine les positions sur Google actualités doit agir en temps réel. Ce qui n’est pas le cas pour les résultats classiques, plusieurs critères sur la pertinence des résultats, demandant plus de calcul et de recul, interviennent à posteriori, un luxe que ne peut se permettre Google News.

Ça veut dire aussi que Google actualités doit utiliser un certains nombre de critères off-page (autorité du site, nombre d’auteurs, nombre d’articles sur un thème,…) pas liés directement à l’article, pour classer les résultats.

L’autre particularité de Google actualités est sa visibilité dominante dans les pages de résultats lorsqu’il s’agit de requêtes dites « chaudes ». L’emplacement le plus important sur ordinateur est le bloc « A la une » (one box news) tout en haut de la page de résultats web de Google, avec son carrousel de news. En dessous, on retrouve souvent un bloc vidéos qui présente des vidéos récentes. Il y a aussi les résultats sur la page d’accueil Google actualités mais qui sont déja moins visités que la one box news

Sur mobile, pour les requêtes chaudes, on a un carrousel qui a la particularité de présenter des articles uniquement au format AMP et bien-sur l’application mobile flux de Google qui s’appelle désormais « discover ».

Depuis la dernière mise à jour de Google actualités, plus de sites ont la possibilité d’apparaître avec une part belle à la vidéo, à la personnalisation des résultats, aux résultats locaux et à l’intelligence artificielle.

L’algorithme QDF

C’est l’algorithme QDF (Query Deserves Freshness) qui détermine si une requête est chaude et si Google doit servir des résultats de type Google actus. Environ 10% des requêtes sur le web sont impactées par cet algorithme sur la fraîcheur des contenus. Amit Singhal, ingénieur et aujourd’hui Vice président Senior chez Google, est l’inventeur de l’algorithme QDF. Voici sa définition:

Un modèle mathématique qui tente de déterminer lorsque les utilisateurs veulent des informations nouvelles ou pas

QDF entre en jeu lorsqu’il y a un pic soudain et au dessus de la moyenne de l’utilisation d’un sujet d’après 3 sources:

  • Les blogs et magazines en ligne
  • Les sites de presse en ligne
  • Les requêtes sur le moteur de recherche
Exemple d'un pic de recherche sur Google

Exemple d’un pic de recherche sur Google

Si un sujet est cité plus que la moyenne sur les sites de news et les blogs, et qu’il y a un pic de requêtes sur ce même sujet, alors l’algorithme QDF sert du contenu frais pour ce sujet.

L’algorithme qui positionne les articles d’actualité

Une fois que Google sait qu’il doit servir du contenu frais, encore faut il présenter des articles pertinents. Un brevet déposé en 2012 et affiné dernièrement en 2016, nommé « Systèmes et méthodes pour améliorer le classement des articles d’actualité » , donne des détails sur plus d’une douzaine de signaux qu’il utilise.

Voici en résumé quelques signaux essentiels pris en compte d’après ce brevet:

  • Le nombre d’articles publiés par le site d’actualités sur une période donnée
  • Le nombre d’articles originaux ou de phrases originales (non-dupliqué) sont comptés pour déterminer la qualité d’un site d’actualités
  • Le « story size score » : Google compte le nombre d’articles autour d’un même sujet pour calculer un « story size score » et ainsi déterminer la couverture d’un sujet par un site d’actualités
  • Le « breaking news score« : Il mesure la capacité d’un site à publier peu de temps après le début d’un événement
  • La taille moyenne des articles d’une source d’actualités
  • Les entités nommés: Pour mesurer la capacité à produire du contenu original et de qualité, il compte le nombre de personnes mentionnés (entités nommés), surtout si ils ne sont pas largement cités sur d’autres sources. Ça peut être le signe que la source est capable d’un travail journalistique de qualité.

Mis à part le dernier point, on voit que ces signaux concernent essentiellement le site d’actualités et non pas l’article lui-même. Mais pour que les signaux du site soient de qualité, il faut qu’en moyenne les articles soient aussi de qualité.

On notera aussi un certains nombre de critères quantitatifs, car après tout la capacité à rédiger une grosse quantité d’articles par jour est signe d’une grosse équipe rédactionnelle et donc un gage de qualité.

Critères d’éligibilité

Il s’agit du minimum pour que le site soit accepté sur Google actualités:

  • Présenter des actualités chaudes: rigolez pas, c’est pas toujours évident pour certains
  • Soigner sa grammaire et son orthographe: L’inverse est signe de mauvaise qualité des contenus
  • Limiter la publicité: ça ne doit prendre plus de place que le contenu d’actualité
  • Une équipe éditoriale minimum: il faut au moins 2 ou 3 rédacteurs pour être inclus sur Google actus
  • Mettre en avant les auteurs: Une page par auteur et/ou « nous contacter » qui listent les auteurs avec numéro de téléphone, adresse physique, profils sociaux, adresse mail de l’équipe de rédaction
  • Signer et dater les articles: Sous le titre ou à la fin de l’article, il faut bien placer la date, l’heure de publication et l’auteur.
  • Un contenu unique et original: C’est un critère d’éligibilité, un critère de positionnement et le contenu dupliqué serait pénalisé.
  • Une url unique et accessible: Les articles doivent avoir une url dédiée et les liens vers ceux-ci doivent être accessibles en html.
  • Pas de techniques interdites: pas de bourrage de mots clés (keyword stuffing), de texte caché, de cloaking, pas de fake news
  • Un site en https: C’est pas censé être une obligation mais vous aurez plus de chances d’être accepté si le site utilise le protocole https.
  • Respecter une bonne structure d’article: Un titre balisé en H1, un title qui reprend le titre H1, un chapô, des intertitres, des paragraphes aérés.
  • Des articles assez longs: Une taille de texte d’au moins 800 signes par article
  • Un site pas trop récent: et avec un minimum d’autorité et de pagerank
  • Publier au moins un article par jour: Il faut une fréquence de publication minimale pour être élligible

Sur les 5 derniers points, officiellement ce n’est pas obligatoire, mais disons que par expérience, c’est plus compliqué d’être inclus sans les respecter. Je ne suis pas totalement exhaustif non plus car les raisons de refus d’un site sur Google actualités sont nombreuses.

Soumettre son site sur le centre pour éditeurs

centre des éditeur pour google actualités

centre des éditeur pour google actualités

Une fois que vous pensez votre site éligible, il est temps de remplir le formulaire de demande dans le Centre Google Actualités pour les éditeurs. Sur ce formulaire, il faut notamment remplir les rubriques du site et les catégories d’urls associées. Le délai d’acceptation ou de refus est d’environ 60 jours.
Si le site est accepté, vous recevrez une réponse par mail auquel il faut obligatoirement répondre, certainement une mesure anti-spam.
Si il y a refus, une réponse par mail est envoyé avec souvent peu de réponses claires. Et il faudra attendre à nouveau 60 jours pour refaire une demande en ayant préalablement corriger les poins manquants.

Contacter Google actualités

Si nécessaire il est possible de contacter directement Google news  pour avoir plus d’informations sur ce qu’il faut faire pour être accepté. Vous pouvez aussi utiliser le forum d’aide Google Actualités, pour avoir des réponses au cas où le site est rejeté. Il y a des personnes chez Google qui répondent.

Le sitemap News

Le sitemap news permet à Google de crawler rapidement les articles d’actualité d’un site et s’assurer qu’il n’oublie rien. Autant dire qu’il est obligatoire.

Le sitemap Google news doit respecter les consignes techniques accessibles ici  et notamment celles-ci:

  • Inclure uniquement des articles sur des sujets chauds au sitemap Google actualités
  • Limiter les urls présentées aux dernières 48 heures
  • 1000 urls maximum par sitemap, si ça dépasse utilisez le sitemap index.
  • Bien ajouter la balise publication_date dans le sitemap car cela indique à Google la date de publication ou de dernière mise à jour de l’article
  • Ajouter la partie image dans le sitemap : voir les consignes ici
  • Bien synchroniser la mise à jour du sitemap news avec la mise en ligne de nouveaux articles ou mise à jour d’anciens articles ( toutes les 30 – 60 secondes)

Si vous utilisez wordpress, il y a le plugin Google news de yoast qui permet de facilement créer le sitemap xml spécifique à Google news.

Vu l’importance du sitemap news, il est important de bien vérifier la conformité de votre sitemap sur la search console afin d’être alerté en cas d’erreurs.

Critères positifs de positionnement

Une fois que son site est sur Google actualités, qu’on a un sitemap conforme, Il faut optimiser ses articles pour bien se positionner. Les critères de classement Google actualités se divisent en 2 grandes parties:

  • Les critères on-page, propre à l’article
  • Les critères liés à la source d’actualités, associé à un score appelé « Source Rank »

On va voir les principaux indicateurs de classement des articles d’actualités:

Autorité du domaine

Les domaines anciens sont privilégiés. Les sites bénéficiant d’une forte popularité également, popularité mesurée via le nombre de liens entrants ou pagerank

Autorité d’un site sur un thème

Elle se mesure en quantité d’articles uniques publiés sur un thème précis (ex: sport, news people, nouvelles technologies, finance et économie…). Un site qui produit 100 articles par jour sur un de ces sujets sera considéré comme plus pertinent sur cette thématique qu’un site qui produit le même nombre d’articles toutes thématiques confondues. Il existe d’ailleurs une forte corrélation entre les sites les mieux classés sur Google news et volume de contenus publiés.

Le taux de clics / CTR

Google mesure la pertinence des articles en se basant en partie sur les taux de clics qu’il constate sur ses propres pages de résultats et aussi sur les retours des visites de l’article vers le moteur de recherche (pogosticking). Il faut  donc soigner en priorité l’attractivité du titre et la qualité du visuel. Et faire en sorte que la promesse du titre est tenu avec un contenu informatif à la hauteur.

Présence des mots clés dans le titre

C’est un critère classique sur Google Search et encore plus important sur Google Actualités. Il faut de préférence mettre les mots clés les plus importants au début (pas forcément au tout début). Google se base en partie sur les mots clés présents dans le titre pour rattacher un article à une thématique. Il faut l’aider à comprendre de quoi parle l’article rien qu’avec le titre. Et il faut que le titre donne envie de cliquer

Citations et Partages sociaux

Le fait que l’article soit repris et cité par d’autres sources est un facteur multiplicateur pour améliorer votre visibilité, on parle de « citation rank ». Les partages sociaux sont également pris en compte : nombre de  partages sociaux et surtout vitesse de propagation sont importants. Il faut favoriser la viralité du contenu et mettre en avant les boutons de partages de l’article.

La vitesse de publication

Google accorde une prime à la fraîcheur, être le premier à publier une information est très important. Il faut donc faire une bonne veille d’actualités pour être le premier à réagir sur les « trending topics ».

Unicité du contenu

Particulièrement important notamment lors de la reprise de dépêches AFP  par exemple, il est nécessaire de modifier le contenu. Il faut ensuite publier des articles de fonds sur le même sujet, apporter d’autres éclairages.

Des auteurs multiples

Ça fait partie des signaux qui font dire à Google que c’est un site de qualité.

Google AMP

usage de google AMP sur mobile

plus 75% des résultats news sur mobile sont des résultats AMP

La version accélérée des articles pour mobile AMP (Accelerated Mobile Pages) est devenu indispensable notamment depuis l’intégration des carrousels de news sur mobile. Avoir une version AMP de son article de news est un pré-requis obligatoire pour apparaître dans les carrousels de news. Les résultats AMP prennent une part considérable sur mobile lorsqu’il s’agit de news. C’est d’autant plus important lorsqu’on considère que la plupart des sites médias ont une part de trafic mobile supérieur à 50% .

Des données structurées

Les balises schema.org notamment aident Google à bien identifier les différents blocs d’information et à faire apparaître des extraits enrichis. J’en parle dans un paragraphe dédié un peu plus loin.

Critères négatifs

Au contraire, il y a certains signaux qui peuvent dévaluer la qualité des articles et faire baisser leurs positions sur les pages de résultats:

  • Contenu dupliqué
  • Pas de mots clés forts utilisés dans le titre
  • Pas de sitemap news ou pas à jour
  • Contenu de mauvaise qualité, qui ne respecte pas les guidelines de Google
  • Bloquer googlebot ou pages en noindex
  • Site lent ou avec des erreurs
  • Citation Rank faible: L’article n’est pas cité par d’autres sites
  • Pagerank du domaine faible, peu de notoriété.

Evolution des critères dans le temps

Les critères de classement Google News évoluent dans le temps :

  1. Lorsqu’un sujet est très recherché et que de nombreux articles sont proposés dans un laps de temps très court, Google va privilégier le 1er article publié
  2. Dans un 2ème temps il va accorder la 1ère place à l’article le plus cliqué : il y a d’ailleurs une forte corrélation entre articles les plus lus et ceux qui remontent en page d’accueil de Google actualités
  3. Dans un 3ème temps Google accordera la 1ère place à l’article le plus frais ou apportant des informations complémentaires par rapport aux précédents

Cette évolution est cohérente car l’information sur un événement évolue dans le temps. Au début, la valeur informative est souvent limitée d’où cette prime à la fraîcheur
Puis, avec un peu plus de recul, Google commence à se rendre compte de ce qui est intéréssant ou pas en se basant sur les signaux utilisateurs envoyés par l’article.
Enfin, logiquement quelques heures après, plus de données viennent enrichir l’information de départ, d’où l’importance des articles plus riches qu’au départ avec des informations inédites et plus complètes.

Conseils rédactionnels

methode de la pyramide inversee pour Google actualités

methode de la pyramide inversee pour Google actualités

Les conseils rédactionnels qui vont suivre sont non seulement utiles pour que Google puisse juger de la qualité des contenus, mais sont surtout utiles pour l’utilisateur. L’objectif principal est de créer une bonne expérience utilisateur, de rendre la lecture agréable, de faire en sorte que le lecteur lise l’article jusqu’au bout et qu’il le partage:

  • Optez pour une Structure d’article optimisée: Un titre, un chapô et des intertitres avec tous trois, une identité visuelle propre. Il faut clairement les distinguer du corps de texte afin que le contenu soit facilement « scannable ». Les paragraphes doivent rester aérés.
  • Des titres optimisés: Le mot clé principal et/ou la catégorie de l’article doit se trouver au début. Il faut privilégier les titres courts
  • Une photo pour chaque article: une grande image non cliquable sous le titre, avec une légende et un alt comportant des mots clés. Pour le format, GIF ou JPG mais pas de PNG. Ça peut être aussi une vidéo, format très prisé sur Google actualités.
  • Taille minimale de texte: entre 800 et 1200 caractères minimum. Les brèves auront du mal à se positionner.
  • Ancres de liens optimisés: Les liens doivent visuellement se différencier du corps de texte. Je reviens un peu plus loin sur le maillage de liens.
  • Rédigez avec la méthode de la pyramide inversée: Que soit pour le titre, le chapô ou le texte, le but est de donner l’information principale dès le début. Il faut donner l’information essentielle dès le départ. Le temps d’attention du visiteur est très courte, de l’ordre de quelques secondes, Il doit donc pouvoir trouver l’information recherchée rapidement. Si il est accroché dès le début, il continuera à lire pour en savoir plus.
  • Un contenu unique et exclusif: Je l’ai déja dit mais il est important d’apporter une valeur ajoutée au contenu afin de bien se référencer sur Google actualités. Ca passe par des informations qu’on ne retrouve pas ailleurs, l’utilisation d’entités nommés, un éclairage nouveau.

 

Cas de refus des articles sur Google actus

Même lorsque un site est déjà inclus sur Google actus, il se peut que certains articles soient automatiquement refusés. Je vais pas tous les citer car les raisons sont très nombreuses et cet article commence à devenir terriblement long, mais j’espère intéressant 🙂

  • Les articles trop courts, de moins de 800 signes sont refusés
  • Une mis en page exotique comme le fait de commencer un article directement par une liste à puce ou une succession de paragraphes très courts.
  • Titre non autorisé: Ce type d’erreur résulte souvent d’une non-reprise dans la balise <title> du titre contenu dans la balise <H1>

Les données structurées

Comme on l’a vu au début de cet article, l’algorithme de Google actualités doit répondre très rapidement et l’utilisation des données structurées permet de facilement donner des informations sur le contenu de l’article. De plus, l’ajout de données structurées au sein des articles permet de modifier l’apparence des résultats de recherche dans le carrousel « à la une », d’afficher correctement les images, sans oublier les données structurées propres à AMP pour le mobile.

Cependant, si vous vous êtes intéréssé au sujet, vous avez certainement entendu parler de balises « standout », « meta news keywords », « in-depth articles », « le choix des rédactions » (pour ce dernier c’était un flux xml). Et bien ça n’existe plus, et c’est pas plus mal, ça vient simplifier les choses, Google étant capable à présent d’automatiser les fonctions remplies par ces balises.

Voici donc les données structurées importantes pour Google actualités:

  • Les balises HTML de base: Un titre en H1, des inter-titres en H2, une méta description remplie (pour l’utlisateur)
  • HTML 5 : La structuration des données des pages via l’HTML5 permet à Google de bien comprendre les différents blocs d’informations, et de les hiérarchiser. Le titre <header>,  la navigation <nav>,  le footer <footer>, les sections <sections>, le corps de l’article <article>, etc…
  • Les balises schema.org: pour les articles de news https://schema.org/NewsArticle ; Pour les images: http://schema.org/ImageObject ; Pour les vidéos: https://schema.org/VideoObject
  • Le balisage opengraph: permet de structurer ses données sur les réseaux sociaux et ainsi d’améliorer la viralité et le partage des contenus. Plus d’infos sur le protocole opengraph ici.
  • Twitter card: Le protocole opengraph est utilisé sur d’autres réseaux sociaux, non seulement facebook, linkedin, Googleplus,.. Mais les balises Twitter card peuvent apporter 3 infos supplémentaires, le site, l’auteur et un résumé spécifique. Twitter est un réseau social où la propagation des contenus se fait en général plus vite que sur d’autres réseaux, d’où l’intérêt de particulièrement l’investir.
  • Fact checking: Pour les articles qui font de la vérification des faits  (fact check) comme les articles des décodeurs du monde,  Google peut afficher un label spécifique à ce type d’articles. Pour cela, il existe le balisage schema.org claimreview

Maillage interne

Un bon maillage interne sur les articles de news aura pour conséquence de booster votre SEO classique. C’est une bonne manière de faire d’une pierre 2 coups en se servant du trafic chaud pour booster le trafic plus froid depuis les résultats de recherche traditionnels.

Je recommande de créer plusieurs types de liens:

  • Des liens contextuels au sein du texte des articles vers vos pages de rubriques thématiques.
  • Des liens vers des pages tags correspondants à des sous thématiques (plus fines que les rubriques thématiques)
  • Des liens vers des pages tags sur des entités nommés (personnalités)
  • Des liens vers d’autres articles d’actualités mais n’importe lesquelles, vers des articles de fond, des dossiers  qui sont censés être plus pérennes dans le temps (evergreen)

De cette manière, vos pages de rubriques et vos tags se positionneront aussi sur Google Search. De plus, chaque nouvel article publié dans sa page hub (catégorie, tag) recevra tout de suite du pagerank interne, critère positif de classement sur Google actualités.

Monitorer le trafic de Google actualités

Il est bien sur important de suivre la provenance du trafic Google actualités et notamment des sources référentes. Il y a 2 sources à suivre principalement:

  • news.google.com: pour suivre le trafic des applications mobiles, du web mobile
  • news.URL.google.com: pour suivre le trafic des ordinateurs et des flux rss

Moyennant quelques modifications sur Google analytics (vues filtrées, segments, code JS) il est possible de récupérer d’autres types d’informations utiles. Pour les pages AMP sur mobile, Il faut aussi modifier le taguage analytics, plus d’infos ici pour l’intégration technique. Et plus d’infos ici pour un tableau de bord analytics mobile

Faire de la veille d’actualités

C’est le début du processus pour être réactif et écrire des articles d’actualité de qualité. En fonction de la thématique, les sources peuvent être nombreuses.
Il faut déjà suivre suivre Google actualités lui-même, ne serait ce que pour suivre les concurrents, mais c’est loin d’être suffisant si vous voulez avoir un cran d’avance.

Une bonne solution est de s’inscrire aux flux RSS des sources correspondantes aux thèmes qu’on veux suivre. Par exemple, pour des sites de presse (le monde, figaro), un abonnement à l’AFP est indispensable (vous visualisez les rédacteurs sur les starting-blocks à l’affût de la moindre dépêche ?). Sur l’économie, les statistiques de l’INSEE sont une belle source d’actualités.

Les flux RSS, c’est bien mais pas suffisant car les sources d’informations sont multi-formes: les sites médias, les blogs, les réseaux sociaux amènent des informations, parfois même avant des sources officielles comme l’AFP.

De plus, surtout depuis la dernière mise à jour de Google news en mai 2018, il y a bien plus de sites qui apparaissent sur Google Actualités. Ça ouvre plus de possibilités d’apparaître sur la one box news ou la page d’accueil de Google Actus. Mais ça durcit aussi la compétition pour être le premier à publier une info de qualité.

Le problème c’est que ça crée beaucoup de « bruit » et de fake news potentielles, même si certains sites n’ont que faire de diffuser de fausses informations tant que ça fait de l’audience. La solution c’est de croiser les données, de pondérer l’information et idéalement de la vérifier. Si les 2 premières étapes peuvent être réaliser automatiquement, la dernière nécessite souvent un travail journalistique « humain » ou une bonne intelligence artificielle.

Chez Creapulse on a développé un tableau de bord digital avec une partie spécifiques à l’actualité:

  • L’outil scanne tout le web (et pas uniquement quelques flux) à la recherche d’un ou plusieurs sujets, le tout sous la forme de requêtes parfois complexes afin de retourner les informations les plus pertinentes possibles et d’éviter au maximum le bruit
  • Puis l’information est pondéré en fonction du nombre de fois qu’elle est citée, partagée, en tenant compte de la vitesse de propagation sur le web
  • L’information est aussi découpée en fonction du support: forum, twitter, blog, presse, etc..
  • L’outil peut suivre aussi certaines sources en particulier même si le site ne propose pas de flux rss.

L’outil de veille d’actualités a plusieurs objectifs:

  • Ecrire des articles chauds
  • Ou donner des idées pour écrire des articles de fond
  • Trouver de la matière pour varier vos types de contenu: statistiques, vidéo, infographies, etc.. Je vous recommande cet article sur les objectifs des différentes types de contenu
  • Donner de la matière que vous pouvez partager sur vos réseaux sociaux et ainsi faire autorité sur votre domaine d’activité
  • Veille d’actualités qui peut très bien se transformer en veille concurrentielle, veille juridique, veille technologique, etc..

Si vous voulez une démo, je vous invite à me contacter. Pareil pour un audit SEO de votre site spécifique à Google actualités ou pas.

En tout cas, j’espère que ce guide sur l’optimisation d’un site sur Google actualités vous aura plu, et si c’est le cas, je vous encourage bien-sûr à le partager.

 

    A propos de Serge Esteves

    Consultant SEO / Webmarketing : Techniques avancées en référencement combinées aux leviers du marketing entrant (SMO, content marketing, UX, ereputation, ..).
    Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?