Recherche vocale et SEO: Tout ce qu’il faut savoir

La recherche vocale prend de plus en plus de place dans nos habitudes de recherche, aidé par la progression de la recherche sur mobile et des assistants vocaux. Les résultats de la recherche vocale dépendent des résultats traditionnels, mais nécessitent des optimisations SEO spécifiques. On va voir comment améliorer son SEO pour la recherche vocale en détails et avec des solutions concrètes. 

C’est quoi la recherche vocale ?

La recherche vocale consiste à poser une question ou une requête vocale à un assistant vocal comme Google assistant, siri, alexa et cortana afin d’obtenir un seul résultat sous forme vocale. Le nombre de gens utilisant la recherche vocale progresse depuis plusieurs années en même temps que la progression de la recherche mobile.  La démocratisation des enceintes intelligentes comme Google Home ou amazon echo participent aussi au développement de son usage.

Contrairement à une recherche traditionnelle sous forme textuelle et proposant plusieurs résultats, la recherche vocale est plus conversationnelle, plus proche du langage naturel et n’apporte qu’un seul résultat. L’internaute ne cherche pas à comparer mais à avoir une réponse directe à une question posée. Cependant, les résultats de la recherche vocale s’appuient sur les résultats texte obtenus sur ordinateur ou mobile, il ne s’agit donc pas de dissocier SEO et recherche vocale.

Statistiques sur la recherche vocale

Voici quelques statistiques pour comprendre l’importance et l’impact de la recherche vocale sur le SEO:

  • 20% des requêtes mobiles sont des recherches vocales
  • 50% de toutes les recherches seront vocales d’ici 2020 d’après comscore
  • 58% des consommateurs utilisent Google Home pour trouver des informations commerciales locales
  • 30% de toutes les recherches seront faites sans écran d’ici à 2020 d’après Gartner
  • 55% des ménages US seront équipés d’une enceinte intelligente d’ici 2022 d’après OC&C Strategy Consultants
  • Depuis janvier 2018, il y a environ 1 milliards de recherches vocales par mois dans le monde, d’après Alpine.AI
  • 39,3% de la génération Y (20-40 ans) utilisera des assistants vocaux en 2019, d’après Emarketer
  • 5% des consommateurs utilisent la recherche vocale pour le e-commerce, et çà pourrait atteindre 50% en 2022, d’après MoffettNathanson.
  • 52% des utilisateurs d’assistants vocaux veulent recevoir des promotions et des bonnes affaires de la part des marques, d’après Google

Que recherchent les gens ?

La recherche d’information arrive en 3ème des requêtes vocales faites aux assistants vocaux. Pour le SEO, On notera aussi la recherche d’actualités en 5ème, le shopping en 8ème. Pour la recherche d’informations, il s’agit bien sur de questions et il faut y inclure aussi la recherche locale. Pour le reste, on retrouve naturellement des commandes vocales pour jouer de la musique, demander la météo, et autres.

Données structurées et recherche vocale

Si vous vous êtes déja intéréssé à la recherche vocale, vous avez surement déja vu des recommandations pour insérer des données structurées. Les données structurées schema.org c’est du code à insérer sur les pages web, c’est un language universel qui permet de faire comprendre aux moteurs de recherche les données affichées sur une page.

Les données structurées apportent de nombreux avantages pour le SEO en général. Ils offrent plus de possibilités d’apparaître dans les résultats enrichis de Google comme le petit fil d’ariane qui apparaît sous les résultats, les avis, les réponses directes (featured snippets), etc…

Comme on le verra un peu plus tard, les données structurées ne sont pas une garantie à elles seules d’être automatiquement inclus dans les résultats vocaux. Elles ne sont pas non plus toutes exploitées mais ça peut évoluer, donc autant utiliser ces outils et mettre toutes les chances (et chances futures) de son côté.

Pour la recherche vocale, il y a certaines données structurées à voir en particulier:

Les actualités

La documentation de Google pour les actions sur le news vous guidera dans les étapes pour ajouter des données structurées à vos actualités. Ça aidera les algorithmes utilisés par les assistants vocaux à mieux répertoriés vos données.

Attention, ce n’est pas suffisant pour apparaître sur Google actualités, il y a beaucoup d’optimisations pour être intelligibles sur Google actualités.

Les recettes

Google explique aussi comment intégrer les données structurées pour les recettes . C’est censé aider les assistants vocaux à bien comprendre les différentes étapes d’une recette afin de correctement guider l’utilisateur. Ca peut aider aussi à apparaître dans les fameuses featured snippets, ces réponses directes qui s’affichent juste en dessous la barre de recherche de Google.

Podcast

Pour les podcasts, c’est un peu différent, il s’agit surtout de créer un flux rss particulier pour Googlebot. Le tutoriel se trouve ici

Schema FAQ, questions réponses, How to

Akhil Agarwal a confirmé à la conférence Google Dance de Singapour que de nouveaux résultats enrichis étaient testés pour les pages FAQ, les pages questions réponses et les pages HOW TO (pages qui répondent à des questions de type comment sous forme d’étapes):

On verra par la suite l’importance particulière de ces types de pages dans les résultats vocaux. Voici Les documentation pour les données structurées Howto, FAQ, questions-réponses

Comment optimiser son SEO pour la recherche vocale ?

Déjà, il ne faut pas différencier le SEO traditionnel de la recherche vocale, pas de manière radicale en tout cas. Si le site n’est pas optimisé pour le référencement naturel, vous ne mettez pas toutes les chances de votre côté pour apparaître dans les résultats de la recherche vocale.

Ceci dit, il y a certaines particularités qu’on va voir en détails dans les rubriques suivantes. Si il y a une expression à retenir, c’est l’intention de recherche. Les algorithmes qui se cache derrière le choix des résultats pour la recherche vocale Google, Hummingbird et spécifiquement RankBrain, se basent principalement sur l’intention de recherche. L’intention de recherche consiste à déduire ce que veulent les utilisateurs derrière leurs questions. C’est pour cela que les résultats renvoyés aux assistants vocaux ne contiennent pas forcément les mots clés contenus dans la requête.

Il faut voir aussi que la recherche vocale c’est beaucoup de recherches locales, la base c’est donc déjà d’avoir une page Google My business

Regardons à présent tout ce qu’il faut savoir pour optimiser à la fois son SEO et ses positions en recherche vocale:

Les résultats de la recherche vocale viennent des pages rapides

Une étude de backlinko  sur Google Home montre que les pages qui répondent aux résultats vocaux ont un temps de chargement complet de la page deux fois plus rapide que la moyenne. 4,6s pour le temps de réponse d’un résultat vocal contre 8,8s pour le temps de chargement d’une page en moyenne dans le monde. C’est même 4 fois plus rapide si on prend le TTFB (Time To First Byte) , c’est à dire le temps pour avoir une première réponse du serveur. 0,54s pour la vitesse de chargement d’un résultat vocal contre 2,1s pour les autres pages.

C’est logique, lorsqu’on pose une question à son assistant vocal, on a besoin d’avoir une réponse instantanée ou presque.

La vitesse des pages est non seulement un critère important pour la recherche vocale, mais aussi un critère SEO tout court au sens large. C’est d’autant plus le cas depuis la mise à jour speed update de Google

Solution: Optimiser le temps de chargement de vos pages, c’est indispensable pour la recherche vocale et le référencement naturel en général

Les sites HTTPS dominent les résultats vocaux Google

Bien que Google ait affirmé que le HTTPS donnait un léger boost sur le positionnement sur les résultats de recherche, il semble que le HTTPS soit un critère bien plus important pour la recherche vocale.

L’étude montre que 70,4% des résultats de recherche vocale proviennent de sites en HTTPS contre 50% pour les résultats sur ordinateur.

Solution: Si ce n’est déja fait, migrez votre site en https pour avoir plus de chances d’apparaître dans les résultats de la recherche vocale

Les résultats de recherche vocale sont courts et concis

La taille moyenne d’un résultat à une requête vocale est de 29 mots. En fait la réponse reprend souvent la featured snippet d’une page de résultat google, c’est à dire la réponse directe de Google à une requête en position 0 (la box qui apparaît parfois juste en dessous d’une requête et au dessus des résultats classiques)

Pour une question donnée, il faut que le contenu de la page apporte une réponse claire, simple et concise à cette question. Il est recommandé aussi de structurer le contenu de manière claire, avec des sous-titres, des listes à puces ou numérotées,…Le reste de la page doit apporter un développement à la question et être contextualisé sémantiquement. Il s’agit en fait d’appliquer la méthode de la pyramide inversée, c’est à dire répondre tout de suite à la question posée par un titre ou un inter-titre de manière claire, et de développer.

Solution: Identifier les questions de votre audience (comment, quand, pourquoi,..) et y répondre de manière courte et concise (25 à 50 mots). Ne pas négliger la mise en forme pour que la réponse soit facilement scannable (intert-tires, listes à puces,..). Appliquer la méthode de la pyramide inversée, c’est une bonne méthode pour votre stratégie éditoriale SEO et optimiser son positionnement pour la recherche vocale.

Est ce que les données structurées ont un impact sur la recherche vocale ?

Les données structurées schema.org permettent d’aider les moteurs de recherche à bien comprendre le contenu. Au delà de la recherche vocale, il est recommandé d’insérer ce balisage sémantique pour profiter notamment d’extraits enrichis sur les pages de résultats de Google: fil d’ariane, avis, evènements, etc..

Mais en ce qui concerne la recherche vocale, l’impact semble assez minime pour l’instant. 36.4% des pages de résultats de recherche vocale utilisent le balisage schema.org contre 31,3% au global.

Solution: Insérez les donnes structurées globalement pour améliorer votre SEO et notamment le taux de clic de vos résultats sur Google. Mais n’espérez pas, pour l’instant, un impact significatif  sur les réponses suite à des requêtes vocales. Ceci dit, ça peut vite évoluer, c’est pas très compliqué à intégrer, donc autant le faire.

Google fait confiance à l’autorité du domaine plutôt qu’à celle de la page

Tout le monde sait qu’il est important d’avoir un netlinking de qualité pour optimiser son référencement . Mais qu’en est il pour la recherche vocale ? L’étude montre que l’autorité du domaine prévaut sur celle de la page.  Le score d’autorité d’un domaine qui se positionne sur la recherche vocale est de 76,8, ce qui est considérable. C’est le genre de scores nécessaires également aux domaines pour être éligible sur Google Actualités.

A l’inverse le score des pages qui apparaissent pour des résultats vocaux est seulement de 21,1. Ca signifie que peu importe le nombre de liens que reçoit une page, Google va s’attacher principalement à l’autorité du domaine qui se base sur le netlinking globale reçu sur le site. En termes plus clair, Google a besoin d’avoir fortement confiance dans la crédibilité du domaine qui donne une réponse à une requête vocale.

Solution: Privilégiez la qualité des liens entrants vers votre domaine: domaines de confiance, de la même thématiques, variés, sans suroptimiser les liens, … plutôt que la quantité.

Les contenus très partagés apparaissent plus souvent en recherche vocale

L’étude montre que les pages se positionnant en recherche vocale ont plus de partages sur les réseaux sociaux que la moyenne. 1199 partages sur facebook et 44 sur Twitter. Cependant, il faut y voir plus une corrélation plutôt qu’une cause. Il est très peu probable que les partages sur les réseaux sociaux aient un impact direct sur la recherche vocale ou même directement sur le SEO.

Direct peut-être pas, mais indirect certainement comme je l’ai déja écrit dans cet article sur l’impact des réseaux sociaux sur le référencement

Solution: Des contenus viraux et partagés sur les réseaux sociaux, bien que n’ayant pas un impact direct sur la recherche vocale et le référencement, peuvent aider globalement et indirectement à mieux se positionner.

Du contenu facile à lire et à comprendre se positionne mieux sur les résultats vocaux

Le guide d’évaluation de la recherche vocale pour les quality raters indique l’importance de l’élocution. Implicitement, il recommande un contenu facile et des mots pas trop compliqués à exprimer. L’étude montre d’ailleurs un score moyen de facilité de lecture de 9 sur 12.

Il est difficile de prouver une corrélation évidente sur ce point mais il serait assez logique que l’algorithme de recherche vocale prenne en compte la lisibilité d’un résultat. Après tout l’expérience entre la lecture d’un résultat Google et l’écoute d’un résultat via un assistant vocal est très différent:

  • Il doit comporter des mots simples faciles à prononcer par Google
  • Vous devez comprendre l’information sans ressources visuelles
  • Vous êtes plus difficilement en mesure de rechercher des mots compliqués

Solution: Publier du contenu simple et facile à comprendre peut aider à mieux se positionner sur les résultats donnés par les assistants vocaux.

Peu de résultats vocaux contiennent le mot clé exact dans le titre de la page

Ça signifie qu’il n’est pas utile de créer une page pour chaque mot clé sur lequel on veux se positionner. Globalement en SEO, lorsqu’il s’agit de top traine ou de moyenne traine, il est préférable d’avoir des pages dédiés, un sujet = une page. Mais ici il s’agit de recherche conversationnelle, de longue traîne, une recherche vocale fait en moyenne 4,2 mots contre 3,2 mots clés en moyenne pour les recherches sur ordinateur.

Une même page peut répondre à plusieurs requêtes longue traîne, c’est valable aussi pour le référencement naturel en général.

L’étude montre que seul 1,7% des résultats de recherche vocale utilisent le mot clé exact dans le titre de la page. L’algorithme de recherche vocale est fortement lié à RankBrain, c’est à dire une intelligence artificielle capable de comprendre l’intention de recherche des internautes derrière les mots clés composés par une requête vocale.

Solution: N’essayez pas d’écrire une page spécifique pour répondre à chaque requête vocale. Le title ne semble pas jouer un rôle fondamental pour la recherche vocale.

Les contenus longs se positionnent mieux dans les résultats envoyés par Google Home

La transition est toute faite, les pages de résultats de recherche vocale sur Google Home proviennent de pages avec des contenus longs. C’est assez logique puisque une page avec beaucoup de contenu offre plus d’opportunités pour se positionner sur des multiples recherches vocales. En fait il y a même un type de pages qui remonte plus souvent que les autres, 2,68% du temps, ce sont les pages FAQ (pages questions / réponses).

Là aussi, ça fait sens, les pages FAQ ont la particularité d’être assez longues en général, de proposer plusieurs questions et plusieurs réponses courtes, la page idéale pour les assistants vocaux donc. Cependant, les pages FAQ sont plutôt à réserver pour des questions très longues traînes car à partir du moment où une question devient plus concurrentielle, il reste préférable d’opter pour une page dédiée.

Solution: Privilégiez les contenus longs qui offrent plus de possibilités de se positionner sur plusieurs recherches vocales. Pour les questions assez longue traîne (4-5 mots clés et plus), les pages FAQ tendent à mieux se positionner que la moyenne.

Etre dans le top 3 des positions ordinateur et mobile aide à se retrouver dans les résultats vocaux

Il y a une forte corrélation entre les top positions sur ordinateur et mobile et les résultats envoyés en recherche vocale. Rien de très surprenant, google accorde sa confiance aux meilleurs positions de son moteur de recherche.

74.9% des résultats sur Google Home viennent de sources positionnés dans le top 3 des pages de résultats sur ordinateur.

Solution: On peut à la fois optimiser son référencement naturel classique et ses résultats de recherche vocale, c’est corrélé.

Apparaître en position 0 est extrêmement bénéfique pour la recherche vocale

Les réponses directes en position 0, appellées aussi « featured snippets », et qu’on retrouve tout en haut juste au dessus des résultats traditionnels, sont fortement liés aux résultats de la recherche vocale. 40.7% de tous les résultats vocaux viennent des featured snippet.

Apparaitre dans les featured snippets garantit de très bonnes chances d’apparaitre aussi dans les résultats vocaux. Et pour cause, les mêmes ingrédients sont nécessaires, des réponses courtes, structurées, facile à lire, reprendre les mots clés de la question dans la réponse. Par exemple, à la question ‘quelles sont les étapes pour … », une bonne méthode est de présenter la réponse sous forme de liste numérotée: étapes: …. / étape 2: …

Solution: Optimiser son site pour apparaître dans les featured snippets de Google vous donnera de sérieuses chances d’apparaître dans les résultats données par Google Home. Pour se faire, il faut des réponses courtes, structurées (inter-titres, liste, paragraphes courts et aérés, …), reprendre les éléments de la question dans la réponse.,..

Résumé en infographie

 

< Optimiser son SEO pour Google Actualités – Le guide complet

    A propos de Serge Esteves

    Consultant SEO / Webmarketing : Techniques avancées en référencement combinées aux leviers du marketing entrant (SMO, content marketing, UX, ereputation, ..).
    Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?